lundi 30 mars 2015

Les nases, y sont encore devant

Bonjour

Même si le fait est toujours nié ou ignoré par les journaleux et les partis politiques qui ne sont pas lui, notre gentil parti autoproclamé1 National Socialiste refait le meilleurs score de la journée d'hier. Dire que ça fait ne me comble pas de joie relève de la litote. D'autant que si on regarde les scores, la gauche (la vraie, pas le PS) fait un score minable et la droite (PS compris donc) rafle tout. Nous voilà ballotés entre républicains et démocrates avec une légère surcouche de nazillons. La France devient pire que les États Unis d'Amérique.

Tout cela ne serait pas si grave si les médias se donnaient la peine d'informer, de comparer ce qui se passe actuellement à ce qui s'est passé en 1935 et dans les années qui ont suivi. Mais rien, que dalle, le procès en diffamation qui ne manquerait pas de suivre les dissuade probablement, et relayer les immondices du parti bleu-trop-foncé rapporte tellement plus de spectateurs.

Comment peut-on voter National Socialiste de nos jour ? La question se pose et la réponse se retrouve certainement proche de celle qui explique les départs de jeunes pour rejoindre des fanatiques : Le manque de culture dans une société en crise.

Faut-il blâmer l'éducation, nationale ou pas, quand des gens qui ont fait de grandes études se retrouvent élus du parti nazi ?

Faut-il blâmer les partis politiques d'être plus souvent sur le banc des accusés que sur ceux des assemblées diverses et variées et malgré les tonnes d'arguments à charge de toujours s'en tirer ?

Faut-il blâmer les gouvernements de trop verser dans les affaires de cul (que ça soit en légiférant sur le mariage pour tout ou en convoquant une feuille de choux pour se débarrasser d'une ex un poil trop encombrante) pour, au final ne jamais traiter les sujets de fond, rejetant, c'est la mode, toutes leurs erreurs sur l'Europe/Bruxelles ?

Faut-il blâmer les 50% d'électeurs qui n'ont pas daigné faire le déplacement jusqu'aux urnes quelle qu'en soit la raison ?

Faut-il blâmer le presse qui fait tant de publicité au parti des longs manteaux, le citant à tout bout de champs simplement pour faire "le buzz" et récupérer des parts d’audience tout en n'osant pas nommer le parti par ce qu'il est ?

Faut-il blâmer le fait que les documents et information d'époque, notamment la propagande, soient censurés au point qu'il devient plus que difficile de reconnaitre qu'on fait face au même phénomène aujourd’hui qu'à l'époque ?

Il y a certainement un peu de tout ça, mais ce que je ressens, à titre personnel, c'est surtout une impuissance terrible face à aux évènements. J'ai eu beau voter à gauche, c'est la droite (le PS menant une politique de droite, c'est donc la droite) qui gouverne. Ce simple fait alimente le discours nazi: tous les mêmes, tous pourris, il y a un complot, les partis actuels sont inféodés aux fomenteurs du complot (les ennemis du moment qu'ils soient d'une confession, d'une nationalité ou de quoi que ce soit du moment qu'ils fédèrent assez de rancœurs), il faut révolutionner tout ça disent-ils, une seule solution: le Grand Babu2 ou l’ersatz du moment.

Reste à espérer que la nuit, le brouillard se fera rare.


  1. Par la voix de sa présidente, lors des présidentielles de 2012. Par les tweets de ses lieutenants qui se réjouissent de voir la réincarnation d'Hitler à leur tête. Et par les propos qu'il propage.
  2. Tout le monde y pue, y sent la charogne, y'a qu'le Grand Babu, qui sente l'eau d'Cologne. Tout le monde y pue, y fait mal au cœur, y'a qu'le Grand Babu qu'a la bonne odeur. Signé Furax

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. Pas tous les jours. Alors soyez patient ...